Diner gastronomique et caritatif

l’ULIF soutient le CASIM dont les actions sociales sont tellement nécessaires.

Théatre – Hommage à Elie Wiesel – mardi 9 avril Hôtel de région

le Cercle d’Etude Elie Wiesel Marseille et le Crif Marseille Provence vous convient à la représentation en Hommage à Elie Wiesel : LE MENDIANT DE JERUSALEM
avec Steve KALFA Adaptation, mis en scène et interprétation

Le MARDI 9 AVRIL à partir de 18h00
Hôtel de Région Salons d’Honneur 27 Place Jules Guesde 13002 Marseille
18h00 Cocktail d’accueil – 18h45 Début de la soirée
Une table ronde suivra.
Avec le Soutien de la Région Provence Alpes Côte d’Azur.

Soirée en entrée libre sur inscription préalable en cliquant sur ce lien https://bit.ly/3vxwRVD
.

L’ULIF participe au rassemblement contre l’antisémitisme – dimanche 12 novembre 15h

Activités à venir – Save the date

dimanche 3 decembre
13 heures : Cours Les fondamentaux du judaïsme par Sophie Bismut - thème Hanouka - Renseignements : 07 67 05 87 66
15 h 30 : Conférence de Madame Evelyne Sitruk : Les Prophétesses
Lien d'inscription : https://www.helloasso.com/associations/ulif-marseille/evenements/conference-les-prophetesses

jeudi 7 decembre

19 heures : allumage 1ère bougie de Hanoucca

vendredi 8 et samedi 9 decembre
Nous avons le plaisir d'accueillir notre ami Emmanuel CALEF, directeur du Talmud Torah de JEM (Judaïsme En Mouvement) qui mènera les offices de Chabbat et lira la Torah
dimanche 10 decembre

15 h 00 : Talmud Torah Spécial Hanouka animé par Tamara Settbon de Judaïsme En Mouvement (plein de surprises pour les enfants)

15 h 00 : Shiour / Etude : Thème Hanouka animé par Emmanuel Calef de Judaïsme En Mouvement 

18 heures Allumage de la 4ème bougie de Hanouka – Les beignets seront présents !

samedi 12 janvier
Office Chabbat Famille suivi d'une séouda "spécial enfants"

Elie Wiesel chante Ani Ma’amin

Lors de la très belle soirée en hommage à Elie Wiesel « Survivre et vivre » organisée le mardi 15 novembre dernier, par l’Association HAC- Cercle d’étude Elie Wiesel Marseille, le CRIF Marseille Provence et la Région Sud, à laquelle j’ai eu le privilège d’assister, une vidéo a été projetée.

On pouvait y voir et entendre Elie Wiesel chanter un chant en hébreu, avec conviction, provoquant une émotion bouleversante.
L’histoire de ce chant est autant dramatique qu’émouvante.
« Ani ma’amin » (Je crois…) est un chant basé sur les « Treize principes de la foi » de Moïse Maïmonide. La récitation de sa version poétique, Yigdal, se fait souvent à la fin des prières du matin ou le vendredi soir (à la page 45 de notre siddour de l’ULIF).
La version originale consiste en treize lignes commençant toutes par « Ani ma’amin be-emunah shelemah » (Je crois d’une foi parfaite). Les deux dernières lignes se réfèrent à la croyance dans la venue du messie et la résurrection des morts, et a inspiré de nombreux chants et mélodies.
Voici la traduction de ce chant Ani Ma’amin :
« Je crois
Je crois de toute ma foi.
A la venue du Messie, je crois, je crois, je crois, je crois.
Et bien qu’il tarde.
Cependant je l’attendrai.
Et bien qu’il tarde.
Cependant je l’attendrai.
Cependant, cependant, je l’attendrai.
J’attendrai chaque jour qu’il vienne.
Cependant, cependant, je l’attendrai.
J’attendrai chaque jour qu’il vienne.
Je crois ».
La version que chante Elie Wiesel dans cette vidéo, est celle composée par Azriel David Fastag, Rabbi hassidique de Pologne. Il l’avait composée en 1942 dans le train de la mort qui le déportait vers Treblinka. Un des homme présent dans le même wagon s’étant évadé a pu transmettre la mélodie. Plusieurs théories circulent sur cette transmission, on raconte qu’elle a été donnée au Rabbi Shaul Yedidya de Modzitz à New-York. Après l’avoir entendue chanter devant lui, le rabbi , dit : « Quand ils chantaient Ani Ma’amin dans le train de la mort, les fondations du monde tremblaient. Le Tout-Puissant a alors dit : “Chaque fois que les Juifs chanteront Ani Ma’amin, Je me rappellerai des six millions de victimes et J’aurai pitié du reste de Mon peuple.” ». Une autre version raconte que l’évadé a pu chanter la mélodie à Ben Zion Shenker après la guerre, qui l’a retranscrite et popularisée.

Cette version de Ani Ma’amin a été chantée dans les camps d’extermination, aux portes des chambres à gaz.

Laurent Hajdenberg – ULIF Marseille – novembre 2022

Rencontre Dédicace pour le nouveau livre du Rabbin Yann Boissière

Samedi 12 novembre 2022 à 17 heures
Nous avons le plaisir d’accueillir
le Rabbin Yann Boissière de JEM Beaugrenelle
pour une Rencontre dédicace de son nouveau livre “Courage croyons
dans notre synagogue 21 rue Martiny 13008 Marseille
Dans son nouveau livre, le Rabbin Yann Boissière , dénonce le passe-passe permanent des fausses oppositions entre religions, qui ont fondé nos civilisations et les Lumières, qui ont fondé notre modernité. Il nous invite à renouer avec la dynamique du croire et du savoir, pour en finir avec les clichés anti-religieux.
Le livre est disponible à l’achat à l’ULIF, au prix “libraire”

Seder de Roch Hachana – Lundi 26 septembre

Le lundi 26 septembre, après l’office du second soir de Roch Hachana, dirigé par notre Erev Rav Sophie Bismut qui débute à 19 heures, l’ULIF Marseille organise, dans notre salle communautaire, le seder du 2ème soir de Roch Hachana.

Ensemble nous célèbrerons le début de cette nouvelle année 5783.

Le dîner est participatif, chacun apporte un plat que nous partagerons tous ensemble.

L’ULIF se charge des boissons et du plateau du seder.

Notre chère Corinne coordonne ce dîner, Merci de la contacter au 06 71 18 10 12.

La participation aux frais de ce dîner est de 10€ pour les membres, et de 20€ pour les non-membres. Pas de participation demandée pour les enfants.

Votre réservation est obligatoire avant le vendredi 16 septembre.

Chana Tova Oumetouka !

Inscription offices de Tichri

Chers Amis,

Nous débutons les inscriptions pour nos offices de Roch Hachana, de Kol Nidré et de Kippour.

Vous pouvez télécharger les formulaires d’inscriptions, le programme de tous nos offices, la lettre de notre président.

Nous nous réjouissons par avance de célébrer Roch Hachana et Yom Kippour en votre compagnie.

Lettre président 2022
Programme tichri 5783 – 2022
INSCRIPTION AUX OFFICES Tichri 2022
Yizkor 2022
Appel cotisation 2022

 

lundi 4 juillet 19h – 40 ans Radio JM

C’est l’occasion de revoir l’excellent documentaire de Laura Sahin : “Un jour nous reviendrons voir Alger”, et découvrir son nouveau film : “Pieds-noirs, un héritage français

Nous prévoyons une projection de son nouveau film à l’ULIF, la date n’étant pas encore définie, nous vous communiquerons cette programmation en temps voulu.

Serge Hajdenberg

Il y a un an, le 5 mars 2021, mon cousin Serge Hajdenberg disparaissait.

Pour commémorer sa mémoire, je publie de nouveau l’article que j’avais écrit l’année dernière :

Le 17 juin 1981, Radio J, la première radio juive de France, a commencé à émettre sur les ondes FM. J’avais programmé de faire un article commémoratif en juin prochain, afin d’en célébrer le 40ème anniversaire, Malheureusement le décès de son fondateur : Serge Hajdenberg, vendredi dernier, le 5 mars, me fait faire un article aujourd’hui pour lui rendre hommage.

En préparant cet article, je me suis rendu compte que je pouvais pas dissocier les actions de Serge et celles de son jeune frère Henri, tant elles sont liées.

La famille Hajdenberg est originaire de Varsovie, elle immigre en France dans les années trente afin de fuir les pogroms, comme tant d’autres familles juives ashkénazes ! Serge est né en 1941 et Henri en 1947.

Très tôt les deux frères militent dans diverses associations.
Dans les années 60 Serge rejoint la LICA (ex- LICRA) et crée «les jeunes de la LICA», il lutte également avec Serge et Beate Klarsfeld pour que les crimes nazis ne soient jamais pardonnés et que la Shoah ne soit jamais oubliée (ce qui lui valut un séjour dans les prisons allemandes au début des années 70).
Il est également à l’origine du premier comité d’aide aux juifs d’URSS.

De son côté Henri alors étudiant en droit créé le CJA (Comité Juif d’Action) en 1973 afin de s’opposer aux groupes pro-palestiniens et aux gauchistes qui militaient contre Israël dans les universités (comme quoi l’islamo-gauchisme ce n’est pas nouveau!).

Ensemble, Serge et Henri, au sein du CJA et sous l’égide du FSJU, organisent le 30 mai 1976 les «12 heures pour Israël» dans le parc des expositions de la porte de Versailles à Paris.

Ceux (dont je fais partie) qui ont eu la chance d’y participer se souviennent avec plaisir de l’incroyable succès de cet évènement, plus de 100 000 visiteurs, en provenance de Paris et de toute la France, sont venus soutenir Israël ce dimanche de printemps. Pendant toute une journée, manifestations politiques (débats, discours, signatures de pétitions), et aussi culturelles et de loisirs (littérature, gastronomie, musique, animations pour enfants etc .) se succèdent en solidarité avec l’État Juif.

Dans ces années la politique anti-israélienne (voir même anti-sémite) du gouvernement Giscard est démontrée chaque jour :
En 1975 la France vend une centrale nucléaire à l’Irak
En 1976, suite au sauvetage par TSAHAL des otages d’Entebbé, suite au détournement de l’avion d’Air France par des terroristes arabes et d’extrême gauche (oups de nouveau cet islamo-gauchisme qui sévit depuis plus de 50 ans mais que certains ne veulent toujours pas voir!), le secrétaire d’Etat auprès du ministère des affaires étrangères Jean François Poncet, déclare: « Israël a violé la souveraineté du territoire ougandais. Il n’avait pas le droit. » Une déclaration stupéfiante qui dépasse l’entendement. Giscard félicitera même Amin Dada pour la libération des otage (sic!) peut-être faisait-il allusion au meurtre de Madame Dora Bloch le lendemain de la libération des otages, dans un hôpital ougandais par les sbires de ce même Amin Dada ?
En 1972 le groupe terroriste septembre noir assassine onze athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich, son leader abou daoud est arrêté en janvier 1977 à Paris. La République fédérale d’Allemagne et Israël attendent de la France qu’elle l’extrade afin de le juger. Après plusieurs jours d’hésitations, la France décide finalement de l’expulser pour . . . Alger ! ! !

Pour Henri cela est insupportable, il milite avec son groupe CJA lors des élections municipales de juillet 1977 afin que Jacques Dominati (du même parti que Giscard d’Estaing) perde les élections dans le secteur des 2ème et 3ème arrondissements de Paris, où réside une importante communauté juive. Des tracts sont distribués rappelant la libération d’abou daoud ainsi que l’ouverture d’un bureau de l’olp à Paris, ce tract se conclut par la sentence : «les Juifs ne voteront pas pour Dominati».
Dominati perd ces élections, le candidat socialiste Georges Dayan est élu.
Par cet action militante, c’est la première fois qu’au nom d’un «vote juif» un homme politique d’envergure nationale est battu.
Pour poursuivre son action, en 1979 Henri Hajdenberg (maintenant avocat) change le CJA qui devient le «Renouveau Juif», mouvement qu’il conduit avec son frère Serge.
A mon avis, le paroxysme de cette politique arrive le soir de l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic, le 3 octobre 1980, Giscard se contente d’envoyer un télégramme de condoléances à Jacob Kaplan, Grand Rabbin de France, et poursuit son week-end dans sa résidence. Quant à raymond barre, Premier ministre, déclare sur les lieux même de l’attentat : «Cet attentat odieux a voulu frapper les israélites qui se rendaient à la synagogue, il a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic»
Donc pour le chef du gouvernement de l’époque, raymond barre, les juifs visés par l’attentat n’étaient ni français, ni innocents . . .

On comprend mieux le militantisme d’Henri Hajdenberg lors des élections présidentielles de mai 1981 appelant à «un vote sanction» contre giscard d’estaing.

Le 17 juin 1981, Radio J, qui a été fondé par des militants du Renouveau Juif, commence à émettre à 22 heures.Serge est l’un des animateurs et son président, les autres animateurs sont Suzy Hajdenberg, Jean-Michel et Yves Sokol, Guy Rozanowicz, Jacqueline Frydman ex Klugman.

A chaque fois que je passe rue des Rosiers, je me souviens de ma première visite dans leurs locaux, sous les combles du Hammam, que Serge m’avait fait visité, c’est le 3ème local (après la rue Borrégo et la rue du faubourg St Denis) que Radio J a occupé à ses débuts.

L’engagement des deux frères ne s’est jamais estompé, Henri a même été élu à la présidence du CRIF en 1995, et réélu en 1998 jusqu’en 2001.

Jusqu’à aujourd’hui, Serge a continué à faire une chronique hebdomadaire sur Radio J dont il était devenu Président d’Honneur.
En juillet 2018, Serge a été fait Chevalier de la Légion d’Honneur, il a reçu sa médaille de son ami Serge Klarsfeld.

Serge avait la double nationalité française et israélienne, il prévoyait de faire son Alya depuis longtemps mais sa longue maladie et la covid l’en empêchaient, malgré ces problèmes sa «montée» en Israël était prévue cette semaine. C’est peut-être le seul projet que le «Lion» comme le surnommait affectueusement ses amis, n’a pu mener à son terme.

Serge a été inhumé jeudi 11 mars à Tel Aviv dans le cimetière Yarkon.

Je présente mes condoléances à sa femme Suzy, ses filles Noémie, Yaël, Judith et Déborah, ainsi qu’à ses 16 petits-enfants et ses deux arrières petites-filles.

Repose en paix Serge,
Adieu mon Cousin.

Laurent Hajdenberg – ULIF Marseille – mars 2021